Sommaire

 

Certaines populations sont davantage exposées à la varicelle.

Le virus zona varicelle ou VZV présente plus de risques pour certaines populations, notamment :

Les cas de varicelle chez le nouveau-né et le nourrisson sont à surveiller avec une extrême vigilance.

On distingue la varicelle congénitale et la varicelle néo-natale.

Varicelle et bébé : la varicelle congénitale in utero

La varicelle n'est pas forcément transmise au fœtus.

On parle de varicelle congénitale lorsque la mère contracte le virus varicelle zona avant la 20e semaine d'aménorrhée.

Les conséquences sur le développement du foetus sont dramatiques :

  • retards de croissance ;
  • apparition de lésions cutanées ;
  • séquelles neurologiques (microcéphalies, hydrocéphalies), etc.

Il est possible que le virus ne soit pas transmis au foetus.

Le risque de développer un zona dans les premières années de l'enfant reste cependant envisageable.

Varicelle du bébé nouveau-né : la varicelle néo-natale

Les cas de varicelle néo-natale présentent un taux de mortalité élevée (30 % des cas).

Le nouveau-né développera une varicelle néo-natale si sa mère a contracté le virus de la maladie dans les trois semaines précédant l'accouchement.

Cette varicelle du bébé nouveau-né est grave et invalidante.

Les symptômes sont les suivants : éruption cutanée, atteinte viscérale, lésions ulcéro- hémorragique.

Le bébé bénéficiera de l'immunité maternelle (anticorps de la maman) s'il est né avant la dernière semaine programmée :

  • la mère développe des anticorps contre la maladie, cinq à six jours après apparition des premiers symptômes ;
  • ces anticorps ne peuvent donc être transmis au foetus qu'après ce délai ;
  • si la maman développe la varicelle 6, 5, voire 4 jours avant son accouchement, le nouveau-né ne peut bénéficier des anticorps maternels, car ils n'ont pas pu lui être transmis.

Traitement de la varicelle du bébé : antiviral par IV

En cas de varicelle du bébé, les traitements sont limités.

Chez le nouveau-né, le traitement de la varicelle comprend essentiellement l'administration d'un antiviral (Aciclovir) par voie intraveineuse (IV).

Ce traitement est également préconisé dans les formes graves de la maladie, pour les nourrissons de moins de 1 an.

Chez le bébé, on conseille de donner des bains, pour soulager les démangeaisons, toutes les 3 à 4 heures pendant les premiers jours de la maladie.

On peut y ajouter du bicarbonate de sodium ou du savon à la farine d'avoine, afin d'agir efficacement sur les démangeaisons.

Il est primordial de bien rincer et sécher la peau (en tamponnant).

Lire l'article Ooreka

Ces pros peuvent vous aider